Fil d'actualité RSS

Président du GRBO : Alain Deyber (Chercheur associé UMR 6298 ARTeHIS)
Responsable scientifique : Thierry Luginbühl (Université de Lausanne)
Gestion : Charles Arnulf (Arkaeos)
SIG : Pascal Brand (Université de Lausanne)
Prospection terrestre : Thierry Luginbühl (Université de Lausanne)
Prospection géophysique : Louis Mouillac (Survey Topo D’oc)
Prospections sonar et subaquatique : Mourad El Amouri (Ipso Facto)
Topographie et couverture Lidar : Daniela Peloso (Ipso Facto)
Tournage cinématographique : Stéphane Milliere, producteur ; Florence Tran, réalisatrice (Gédéon Programmes)

SRA DRAC PACA (Ministère de la Culture et de la Communication)
DRASSM Ministère de la Culture et de la Communication)
UNIL (Université de Lausanne)
Lafarge
Delorme-Béton Sud
CNR (Compagnie Nationale du Rhône)
Ville d’Orange
Ipso Facto
Mosaïques Archéologie
SAFIRE Gyrocoptere
Topo D’oc
Gédéon Programmes

 ORANGE Vérités - décembre 2015
 Revue Administration - décembre 2015 / janvier 2016
 Migration des Cimbres et des Teutons - Thierry Luginbühl
 Une bataille d’extermination de l’Antiquité : la bataille d’Orange (105 av. J.-C.) | Theatrum Belli

L’extrémité sud du champ de bataille
Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

L’extrémité nord du champ de bataille vue de la colline du Lampourdier, lieu du camp du consul Mallius Maximus commandant en chef des armées romaines
Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Pascal Brand (UNIL)

Photo Pascal Brand (UNIL)

Photo Pascal Brand (UNIL)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

Photo Alain Deyber (ARTeHIS)

PCR Groupe de Recherche sur la Bataille d’Orange

2015-2017 - Antiquité - Vaucluse

Le « Groupe de recherche sur la bataille d’Orange », ou GRBO, rassemble des chercheurs européens de différentes disciplines intéressés par la confrontation qui a opposé les armées romaines du consul Mallius Maximus et du proconsul Servilius Caepio aux troupes « barbares » des Cimbres, des Teutons et des Helvètes Tigurins dans la région orangeoise en l’an 105 avant J.-C. (événement notamment connu par des témoignages de Dion Cassius, Tite-Live, Plutarque, Orose, Valerius Antias et Eutrope, désastre pour les armées romaines qui selon les sources auraient perdu plus de 120 000 hommes).

Ce Groupe actif dans le cadre d’un Programme Collectif de Recherche (PCR 3978) octroyé par la DRAC PACA a cinq objectifs principaux :

-  Le récolement de l’information archéologique relative à la région d’Orange (quinzaine de communes) pour une période allant du milieu du IIIe siècle avant notre ère jusqu’à la fin de l’époque augustéenne (étape nécessaire pour replacer la bataille dans l’histoire locale), l’enregistrement des données dans une base conçue pour une exploitation SIG et l’exploitation des résultats dans le cadre d’une thèse de doctorat.

-  L’organisation de prospections (détecteurs à métaux, ramassages de surface) afin d’obtenir des informations sur le déroulement de la bataille, les camps des deux armées romaines et l’équipement des troupes engagées.

-  L’organisation de prospections géophysiques pour mettre en évidence des aménagements potentiellement en lien avec la bataille (fossés, charniers…).

-  L’organisation de prospections sonar et d’interventions subaquatiques à vue dans le Rhône pour tenter de retrouver des traces de la bataille et notamment les bagages des armées romaines immergés dans le fleuve après leur défaite.

-  L’acquisition d’information géologique, géomorphologique et hydrologique pour restituer la topographie et le couvert de la région aux époques étudiées et réalisation d’une couverture Lidar et drone.

Les recherches du GRBO se sont premièrement concentrées sur le site du Lampourdier et des Sept Combes, importante colline dominant le Rhône à environ 7 km au sud-ouest de la ville d’Orange, dont les découvertes anciennes laissaient présumer un lien avec la bataille de 105 avant J.-C., selon la découverte de très nombreuses monnaies dont la plus récente est antérieure à 106 avant J.-C. et de militaria républicains potentiellement en lien avec l’événement (identification A. Deyber 1986). Le site étant progressivement détruit par l’exploitation de carrières et très fréquemment visité par des prospecteurs illégaux, les investigations de terrain de notre Groupe s’y poursuivent mais devraient également s’étendre à d’autres secteurs, à Orange et dans les communes environnantes comme Piolenc et Chateauneuf-du-Pape. Des fouilles archéologiques préventives ont également lieu depuis cette année sur certains secteurs du champ de bataille affectés par des projets d’aménagement.

Par ailleurs, le projet est un exemple de « management public » associant des gens du privé ; accompli dans le cadre du « dialogue territorial » de l’État, cela lui vaut d’être soutenu par les services de l’État en région et dans le département, les collectivités territoriales, et de grandes entreprises du secteur privé avec ou sans mission de service public. C’est ainsi que la création d’un établissement public est à l’heure actuelle à l’étude ; ce projet est porté par la ville d’Orange et la Communauté de communes des Pays Rhône et Ouvèze.

Enfin, cette opération d’ampleur internationale est couverte médiatiquement pendant toute sa durée par la société GÉDÉON Programmes en collaboration avec la chaine de télévision culturelle ARTE et plusieurs autres chaines de TV européennes.



Texte : Alain Deyber
Photos : Alain Deyber, Pascal Brand