Fil d'actualité RSS

Direction de l’étude en 2008 : Franca Cibecchini (Arkaeos)
Dessin : Davide Querci (indépendant)
Analyses : Claudio Capelli (Diptéris, Univ. de Gènes)

DRASSM (Ministère de la Culture et de la Communication )
CT Corse (Collectivité Territoriale de Corse)
Musée de Sartène

 Programme des Journées du DRASSM 2009

Vestiges de l’épave in situ : céramique, verre brut et plomb. Campagne sous-marine du DRASSM en 2005
crédit : CCJ-CNRS, Ch. Durand

Sanguinaires A

2008 - Période hellénistique

Situé à la sortie de la baie d’Ajaccio, le site Sanguinaires A, découvert en 1987, a fait l’objet d’opérations de fouille dirigées par Hervé Alfonsi entre 1988 et 1991 (Association ARASM) et publiées par Hervé Alfonsi et Philippe Gandolfo en 1997. L’étude menée par l’équipe de l’Arasm sur les différents éléments de la cargaison a permis d’avancer une datation comprise entre le milieu du IIIe s. et le début du IIe s. avant notre ère. Cette épave apparaissait donc comme un exemple unique et d’une importance très particulière pour l’histoire commerciale de cette période peu illustrée par les gisements sous-marins. Néanmoins, les données présentaient trop de lacunes, tant sur le mobilier que sur la configuration du gisement, pour que ce site de première importance soit considéré à sa juste valeur. Une ambiguïté subsistait sur la présence d’une ou de plusieurs épaves.
En 2005, dans le cadre de la mission de carte archéologique dirigée par J.-L. Massy (Directeur du DRASSM en fonction), la nouvelle expertise de terrain menée par Franca Cibecchini et Souen Fontaine, a permis de vérifier l’homogénéité du gisement et, de ce fait, de valider l’hypothèse avancée par Hervé Alfonsi : la présence d’une épave unique, datable entre le milieu du IIIe s. et le début du IIe s. avant notre ère.
Le potentiel du site ayant été ainsi confirmé, les problématiques historiques soulevées par l’assemblage d’amphores de provenance très diverses associé à une cargaison secondaire de verre brut (la plus ancienne connue en Méditerranée occidentale) justifiaient la reprise des éléments difficiles à interpréter. Une mission d’étude a donc été programmée en septembre 2008 pour un examen typo-chronologique, macroscopique et archéométrique de la céramique trouvée à bord de l’épave.
La reprise du dossier Sanguinaires A fournira des données fondamentales à la définition d’un circuit commercial peu connu.



Texte : Franca Cibecchini et Souen Fontaine. Photo : CCJ-CNRS, Ch. Durand.